Une fois n'est pas coutume, un texte beaucoup plus long que t'habitude

10492089_10203981768601102_7405401522687977876_n

Au commencement…

En fait, il n’y a pas vraiment eu de commencement à proprement parler, il n’y a pas eu une grande réflexion ou de grands débats entre parents sur l’IEF non plus, c’est venu naturellement, notre premier enfant n’est pas allé à l’école, les suivants également.

Par contre, il ya eu des débuts, à l’époque l’IEF ne connaissait pas l’engouement d’aujourd’hui. Les réseaux sociaux n’existaient pas (au mieux quelques forums), les ressources disponibles sur Internet étaient moins nombreuses, les échanges plus limites.

Mais voilà, nous nous sommes lancé (enfin surtout moi ^^). J’ai continué à occuper mon post d’employée polyvalente au sein d’une ONG,  3 jours par semaine, j’avais donc 4 jours pour « faire l’école », le reste du temps Indigo était gardée par sa grand-mère ou par son papa (enseignant).

J’avais (enfin j’ai toujours^^) une amie dont la fille à le même âge que la mienne, avec le même projet d’ief.

Pendant 1 an, nous avons organisé des ateliers, 2x par semaine, 1 jour chez elle, un jour chez moi. Malgré que nous habitions la même ville, les trajets en transports en commun (près d’1h) ont eu raison de notre bonne volonté. Mais pas que… Novice toutes les deux, nous avions calquées nos activités sur celles que l’on fait à l’école maternelle, mais nos filles étaient trop différentes dans leur manière d’apprendre, le but d’adapter l’apprentissage aux spécificités de nos enfants n’était pas atteint. Nous avons de commun accord décidé d’arrêter ses activités et de ce voir uniquement pour des temps de jeux.

C’est ainsi que se continua la maternelle, avec bcp de lecture (merci mamy), des sorties en maisons vertes (rencontre parent-enfant), bibliothèque, heure du conte, au parc, chez les amis, … quelques cahiers quand même pour rassurer papa, la planète des alphas pour démarrer la lecture et « l’école arabe » 2h le samedi et le dimanche.

En suite vers 5 ans et demi, nous avons commencé les cours à distance EAD première primaire (une erreur), les choses sérieuses débutent, … il nous a fallu 18 mois pour venir à bout de cette première année (6 classeurs de français, 4 de maths… une torture. A la fin, on faisait plus que les devoirs). C’est également à cette époque que nous avons instauré les rencontres mensuelles de travail avec  d’ autres familles ief rencontrées sur internet.

Entre temps, nous avons déménagé pour un appartement plus grand et quand Indigo a eu 7 ans son petit frère Rouge est né. Gros chamboulement, Rouge était ce qu’on appelle un BABI (Bébé aux besoins intenses) il m’accaparait beaucoup, je n’ai eu d’autres choix que de continuer l’EAD. Malgré son style vieillot et sa pédagogie basée sur la répétition (rébarbative), le cours est très (voir trop) complet. J’ai pris un congé parental, pour m’occuper de ma petite famille

Nous voilà arrivé au fameux contrôle des 8 ans qu’Indigo a réussi avec brio (94%), avec les félicitations de l’inspectrice qui a beaucoup aimé nos supports d’éveil (merci les rencontres mensuelles) et les honneurs pour maman, complimentée pour son implication. (waw je me sentais plus)

Nous avons continué notre bonhomme de chemin, Rouge découvrant les activités d’inspiration Montessori, les jeux éducatifs, écoutant d’une oreille distraite les cours de sa sœur. Quand Indigo eu 10 ans et Rouge 3 ans, Bleu a montré le bout de son nez. Après les 3 premiers mois très éprouvants au niveau santé pour maman et bébé, nous avons retrouvé un rythme dans notre vie à 5.

Le deuxième contrôle est arrivé, Indigo a cartonné (comme d’hab) (91%), l’inspectrice a jeté un œil vite fait sur nos supports (surtout qu’on avait définitivement arrêté l’EAD) les résultats étant là pas de soucis pour la suite.

Par contre, j’ai très vite vu la différence entre Indigo et Rouge, pour lui pas question de faire des cahiers, apprendre c’est où je veux quand je veux et ce que je veux (soupir).

Obligée de m’adapter, je cherche encore… lol

Nous voila arrivé à une grande étape : Le CEB (certificat d’études de base) pour Indigo. Gros stress quand même finalement pour pas grand-chose. C’est dans la poche avec 87,5%.

Mais une autre grande étape, et non la moindre nous attend, les secondaires.

C’est l’année qui vient de s’écoulé, la première secondaire : de nouveaux repères à prendre, de nouvelles recherches à faire, maman ne s’est pas bien préparée, il lui faut plusieurs mois pour retombée sur ces pieds, prendre ses marques, apprivoiser le programme du jury, comprendre comment ça marche.

Pas de chance l’entrée en secondaire rime aussi avec adolescence et ses « humeurs ». J’ai l’impression que pour le ceb, Indigo a tout donné,  cette année a été dure, et la motivation n’était pas au rendez-vous. Malheureusement, les échéances des contrôles ne nous laissent que peu de répits.

A partir de septembre (oui, on est en vacances là), de nouveaux défis s’imposent à nous : Rouge  commence la première primaire … hum… il va falloir ruser. Indigo passe son CE1D en juin. Bleu, je ne m’inquiète pas pour lui, il est toujours motivé et très autonome (pourvu que ça dure !)

 Conclusion :

Oui, l’IEF, c’est pas rose tous les jours  mais pour rien au monde je ne changerai de mode de vie. C‘est un investissement des parents indéniable, mais ça vaut le coup. C’est une perpétuelle remise en question mais sinon on s’ennuierait hein ? ^^

Je vous souhaite déjà une très bonne « NON rentrée » à vous !